consultingco

Le côté obscur du perfectionnisme

Perfectisme obsessionne Psy Metz Lorraine

Le perfectionnisme, en psychologie, est la croyance qu’il faut s’efforcer à atteindre la perfection.

Dans sa forme pathologique, c'est la croyance malsaine que l’imperfection est inacceptable.

Le perfectionnisme peut conduire les gens à accomplir de grandes choses et fournir la motivation de persévérer face au découragement et aux obstacles.
Les perfectionnistes adaptatifs ont des niveaux inférieurs de procrastination que les non-perfectionnistes.
Les athlètes de haut niveau, les scientifiques et les artistes montrent souvent des signes de perfectionnisme.
Par exemple, le perfectionnisme de Michel-Ange l'a peut-être incité à créer des chefs-d'œuvre comme David et la chapelle Sixtine.

Dans sa forme pathologique, le perfectionnisme peut être très nuisible.

Il peut prendre la forme de la procrastination quand il est utilisé pour différer les tâches ( « je ne peux pas démarrer mon projet jusqu'à ce que je sais la «bonne» façon de le faire. »), et de l'autodépréciation quand il est utilisé pour expliquer des performances médiocres ou de chercher la sympathie des autres.

Sur le lieu de travail, les perfectionnistes sont souvent remarqués par leur faible productivité car les individus perdent du temps et de l'énergie sur de petits détails non pertinents dans le cadre de grands projets ou d'activités quotidiennes banales.


Le côté obscur du perfectionnisme, appelé  « l’angoisse de performance » peut être plus nuisible lorsque les gens se soucient constamment de faire des erreurs, de laisser tomber les autres, ou de ne pas mesurer jusqu'à quel point leurs propres normes peuvent être incroyablement élevées, a déclaré le chercheur principal Andrew Hill, professeur agrégé de psychologie du sport à l'Université St. John de York en Angleterre. Des recherches antérieures ont montré que les « l’angoisse de performance » et le stress qu'elles engendrent peuvent contribuer à de graves problèmes de santé, notamment la dépression, l'anxiété, les troubles alimentaires, la fatigue et même la mortalité précoce. L'étude a été publiée en ligne dans la revue Personality and Social Psychology Review..


L'étude a révélé que les pires effets de l’angoisse de contribuent à l'épuisement au travail, peut-être parce que les gens ont un plus grand soutien social et des objectifs clairement définis dans l'éducation et les sports. Un étudiant peut être récompensé pour le travail acharné avec un niveau élevé, ou un joueur de tennis peut gagner le grand match, mais une performance remarquable dans le milieu du travail peut ne pas être reconnu ou récompensé, ce qui peut contribuer au cynisme et au Burnout.


L’issue la plus logique et d’apprendre à s’accepter imparfait et de se distancier de ses croyances et de la pression sociale. Un travail avec professionnel de l’accompagnement psychologique peut se révéler utile et faire gagner des années et gagner en sérénité.


Contacter Sébastien Scheidt, thérapeute systémique à Metz : 06 50 77 91 19