consultingco

Hypnose

Ce blog a pour but de démystifier l'hypnothérapie et ses nombreuses applications non seulement dans son champ thérapeutique mais aussi dans le domaine du développement personnel.



TAS

Les troubles affectifs saisonniers ou TAS sont aussi appelés dépression saisonnière ou blues hivernal dans sa forme atténuée, semble lié au manque de lumière.
Les symptômes commencent au moment de l’année où les jours raccourcissent en automne et disparaissent lorsque les journées se réchauffent et deviennent plus longues au printemps.

Les gens qui souffrent de TAS vont se sentir avoir moins d’énergie, se sentiront fatigués au réveil, auront des compulsions alimentaires et se sentiront anxieux ou déprimés. L’intensité de ces symptômes varie en fonction des personnes. Pour certains ce sera très léger, un sentiment de fatigue et l’envie d’aller se coucher tôt. Dans les cas les plus sévères il y aura une envie d’hiberner et un manque d’intérêt pour toutes les activités qui autrement auraient provoqué l’enthousiasme.

Apparemment ces sentiments peuvent être relatifs à d’autres problèmes, mais s’ils apparaissent de façon régulière à la même période de l’année c’est un signe de TAS.

La cause la plus évidente des TAS semble être le manque de lumière durant les jours plus courts d’hiver. Les travailleurs de nuit peuvent aussi souffrir de TAS en raison de leur manque d’exposition à la lumière du soleil.

Le traitement principal pour les TAS et la luminothérapie qui semble être efficace pour 80% des personnes. Il s’agit de lumières que l’on peut utiliser durant de courtes périodes de la journée. D’autres traitements physiques peuvent être l’ionisation négative, l’exercice et le changement d’alimentation.  Les antidépresseurs peuvent soulager les symptômes de dépression et d’anxiété.

L’hypnose et un autre moyen pour réduire les symptômes de TAS. En état modifié de conscience vous pouvez vivre l’expérience de journées chaudes et ensoleillées au milieu de l’hiver le plus rigoureux. Puisque l’état modifié de conscience permet l’activation des mêmes zones du cerveau que l’expérience réelle vous vous exposez à de chaudes et brillantes journées. L’hypnose vous permet donc de réduire les symptômes de fatigue et d’anxiété.
Pour cela il vous suffit de consulter un hypnothérapeute.

 

Coaching Inside Cabinet d'hypnothérapie et de Coaching à Metz en Moselle : 09 81 10 27 64
 

Pourquoi l'hypnose est efficace ?

 

Arrêter de fumer, gérer son stress, surmonter un manque d’estime de soi… Les applications thérapeutiques de l’hypnose sont nombreuses. Et les expériences scientifiques récentes ne permettent plus de les mettre en doute.

Vous êtes trop négative !” Cette critique lancée par son professeur de lycée, Christiane s’en est souvenue toute sa vie. Quarante ans plus tard, cette mise en cause, apparemment bénigne, la poursuivait encore. Au travail, il lui arrivait régulièrement de se sentir dévalorisée auprès de ses supérieurs hiérarchiques. Jusqu’à ce que l’idée lui soit suggérée de se faire soigner par l’hypnose. En séance, le thérapeute lui a proposé de considérer cette phrase non plus comme une attaque mais comme un banal jugement. “En acceptant de voir ce traumatisme sous un autre jour, elle a surmonté sa blessure”, rapporte le docteur Jean-Marc Benhaiem, responsable du diplôme d’hypnose médicale de l’université de Paris vi-Pitié-Salpêtrière. Dès la première séance, Christiane s’est sentie libérée et plus sûre d’elle-même.

Les ressources de l’inconscient

Pour réparer certains dégâts commis il y a longtemps et aux conséquences bien ancrées dans nos comportements, il faut aller puiser dans les ressources de l’inconscient. C’est ce que permet l’hypnose. Les psychanalystes, schématiquement, ne font d’ailleurs pas autre chose, sauf que leur procédé est plus long. Aux dires des spécialistes, l’hypnose serait un raccourci permettant d’accéder à l’inconscient plus rapidement. Dans le cas de Christiane, le médecin a suggéré à sa patiente d’étudier la phrase destructrice avec un œil nouveau. Mais il l’a fait sous hypnose. Il s’est adressé, en quelque sorte, directement à son inconscient.
L’inventeur de l’hypnose moderne, Milton H. Erickson – on parle d’ailleurs d’hypnose ericksonienne pour décrire cette pratique désormais codifiée, – en explique le mécanisme en s’appuyant sur la distinction entre les deux parties du cerveau, les hémisphères droit et gauche. Le cerveau droit, nous apprend-il, est le siège de l’inconscient. Erickson considère l’inconscient comme “un magasin de solutions et de ressources” dans lequel l’individu puise pour résoudre ses problèmes. À l’opposé de ce cerveau émotionnel, le cerveau gauche est rationnel et analytique.

Cerveau gauche et cerveau droit

“Alors que le cerveau gauche analyse et digère les événements qu’il transforme en souvenirs, le cerveau droit les stocke ; ils restent ainsi gravés comme dans un disque dur. C’est ainsi que naissent les traumatismes”, explique le docteur Bruno Gomez, hypnothérapeute à Paris. Derrière une mauvaise expérience enregistrée dans notre mémoire, la blessure peut être plus profonde qu’on ne le croit et ressurgir à notre insu, dans des actes quotidiens de notre vie. Le cerveau gauche n’est pas d’une grande aide devant ce traumatisme ou cette difficulté récurrente : il ne suffit pas d’être conscient d’un problème ou d’un mauvais comportement pour trouver la solution.

Transformer les blessures du passé

“Les techniques de l’hypnose vont permettre de se débarrasser du contrôle conscient et de transformer les blessures du passé, ajoute le docteur Bruno Gomez. On adopte de nouveaux comportements, un autre regard sur la situation.”
En bon cartésien habitué à faire fonctionner votre cerveau gauche, sans doute penserez-vous que tout cela n’est pas très… sérieux. Détrompez-vous. Avec l’apparition de la tomographie par émission de positons (TEP), une technique d’imagerie médicale nucléaire en trois dimensions, l’hypnose a acquis une crédibilité scientifique depuis une dizaine d’années.

La première expérience significative, on la doit à Pierre Rainville, du département de stomatologie de la faculté de médecine dentaire de Montréal. Ce chercheur canadien a montré que l’état hypnotique s’accompagnait d’une modification de l’activité neuronale, variable selon la sensation de détente de l’hypnotisé. Il a en particulier observé une baisse de l’activité dans les lobes pariétaux (impliqués dans des fonctions sensorielles telles que le toucher ou la douleur) et une augmentation de l’activité dans le cortex visuel, ce qui est propice aux images mentales. Or la production d’images mentales favorise la connexion au cerveau droit, siège de l’inconscient. C’est la preuve scientifique que l’hypnose permet d’établir un pont entre cerveau droit et gauche, entre inconscient et conscient.

Un rempart contre le stress

Concrètement, cette méthode trouve des applications dans la vie quotidienne. “Toutes les problématiques qui ont un ressort émotionnel peuvent être traitées par l’hypnose : le manque de confiance en soi, la peur de parler en public, l’anxiété de la performance, les difficultés relationnelles, le stress, énumère Stéphane Roux, hypnothérapeute à Lyon. On peut également traiter les conséquences d’un harcèlement et d’une agression.”

Le dénominateur commun à toutes ces difficultés ? Elles sont la partie visible d’un traumatisme ancien : une trahison, un sentiment d’abandon, une écorchure de l’ego… “Avant une réunion difficile, l’hypnose peut par exemple vous aider à prendre de la distance par rapport à la situation que vous redoutez, en la libérant de toute tension”, explique Jane Turner, vice-présidente de la Société française d’hypnose. Autre problématique fréquemment traitée par les hypnothérapeutes : le stress, avec son cortège de troubles associés – dépendance à la cigarette, insomnie, fringales compulsives, etc. En invitant le corps et l’esprit à se détendre, l’hypnose constitue un formidable rempart contre ce stress.

Doper les performances et améliorer la mémoire

Certains hypnothérapeutes proposent même à leurs patients de repartir avec un CD de la séance, afin de se replonger chez eux dans l’état de bien-être qu’ils y ont ressenti ! En faisant travailler le cerveau droit, l’hypnose peut ainsi neutraliser ce que ces spécialistes appellent nos “poisons intérieurs”. Elle peut même doper les performances du cerveau gauche, par exemple en améliorant la mémoire. “Une personne qui a accumulé des mauvais souvenirs peut en effet souffrir de troubles de la concentration, note Stéphane Roux. Il peut en résulter des difficultés à mémoriser. L’hypnose peut aider à améliorer cette fonction.”

L’hypnose suscite à la fois fascination et appréhension. Le frein le plus puissant ? La peur de ne pas se réveiller. Si l’étymologie du mot hypnose vient bien du grec hypnos (le sommeil), l’état qu’elle induit est très particulier. Pour le prouver, on a mesuré la longueur des ondes qui parcourent le cerveau. Quand on est sous hypnose, ou dans un état de rêverie éveillée, ce sont des ondes dites alpha, entre 8 et 13 hertz, que nous produisons. Alors que pendant le sommeil, on enregistre des ondes delta, mesurées entre 0,5 et 3 hertz. Moralité : il n’y a pas de danger de ne pas se réveiller… puisque l’on ne dort pas. Le seul véritable risque, c’est que cela ne marche pas sur vous. Selon une échelle de “suggestibilité hypnotique” établie par l’université de Stanford, 5 % de la population seraient résistantes à l’hypnose et 10 % y seraient très réceptifs, parvenant à entrer rapidement en état d’hypnose profonde.

Lien : http://www.courriercadres.com/content/pourquoi-l%E2%80%99hypnose-est-efficace-0

Coaching Inside Cabinet d'hypnothérapie et de Coaching à Metz en Moselle : 09 81 10 27 64
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivant > Fin >>
Page 8 sur 8